Mon chien n’aime pas être seul… j’en adopte un deuxième ?

Le chien est un animal social. Il a besoin de contact avec ses congénères pour son équilibre mental. Les moments de solitude sont difficiles pour lui. Étant une espèce qui subit, le plus souvent, une imprégnation précoce à l’humain, il est capable de s’attacher à son maitre et de considérer la vie dans un groupe bi-espèce comme normale. La présence d’un humain peut donc lui suffire, tout du moins pour ne pas subir l’anxiété de la solitude.

Cependant, notre vie sociale nous oblige souvent à être absent, à aller travailler, etc. La plupart de chiens passent donc des moments (et des heures, voir des jours entiers) seul. L’apprentissage de la solitude doit se faire progressivement et les professionnels sont d’accord pour dire que malheureusement cela est souvent mal fait. Pendant les entretiens de comportementalisme que je mène, je me rends compte que la plupart de mes clients ont des soucis à ce niveau-là : leur chien pleure, aboie, détruit, ou devient malpropre pendant les absences de « son humain ». La solution miracle serait elle donc d’adopter un deuxième chien ?

Avoir deux ou plusieurs chiens revient tout d’abord à doubler nos dépenses pour la nourriture, le toilettage, les frais vétérinaires, la pension, l’équipement (laisses, cages de transport…) etc. Cela double également la probabilité d’avoir des taches de vomis sur le tapis, et la quantité de poils à nettoyer sur le sofa. Même si nous pouvons potentiellement les balader ensemble, avoir plusieurs chiens augmente le temps que nous devons leur consacrer pour ce moment important de la journée. La cohabitation de plusieurs chiens peut avoir néanmoins des avantages énormes pour eux, à condition qu’ils s’entendent bien (ce qui n’est pas garanti !). Ils ne seront presque jamais seuls. Ils pratiqueront le langage canin tous les jours. Ils pratiqueront des activités spécifique aux chiens: les mordillements, les poursuites, et même les conflits leur permettront de se dépenser ce qui mènera à une meilleure qualité de vie. Par contre si nous avons un chien qui a du mal à supporter la solitude, ce n’est pratiquement jamais une bonne idée de lui prendre « un copain » pour qu’il se sente moins seul.

Si nous avons un chien qui ne supporte pas le fait que nous partons sans lui, la présence d’un deuxième chien ne changera rien à cette émotion. Nous allons toujours partir. Par contre le deuxième toutou, souvent chiot, va très probablement adopter le comportement de son congénère adulte par apprentissage vicariant et par contagion émotionnel, et donc il va hurler aussi. En plus, grâce à la facilitation sociale, les aboiements vont durer probablement plus longtemps et l’effet sonore sera plus fort.

Après avoir adopté Zokni de la SPA de Strasbourg, j’ai mis littéralement des mois à lui apprendre à accepter la solitude. J’ai mis en place des rituels de départ car il semblait s’apaiser en voyant que les choses se passaient toujours de la même manière. Après la longue balade du matin il se reposait pendant que je me préparais pour ma journée et au moment du départ il cherchait ses jouets d’occupation. Ça lui arrivait de faire quelques petits pleurs, mais ça s’arrêtait là. Avec l’adoption de Bugyi la situation s’est aggravée car la petite, en voyant son « grand frère » pleurer, commençait à faire de même, ce qui donnait comme résultat des aboiements et hurlements pendant des heures. Depuis nous vivons en plus avec Harisson qui n’avait jamais de soucis pour rester seul à la maison. Quand je les laisse ensemble les trois et pars au travail, ils se mettent dans un état pas possible : on dirait que quelqu’un est en train de déchirer leur peau. Je dois, chaque matin, séparer mes chiens : Bugyi et Hary restent ensemble et ne manifestent aucun mal-être quand je pars : ils cherchent avec beaucoup d’enthousiasme les trésors cachés dans leur pièce. Zokni n’aime toujours pas que je le laisse, mais avec les anciens rituels il arrive à supporter des moments difficiles et passe sa journée sur le sofa pour dormir. Les balades étant trop longues pour lui, cela lui permet de mieux récupérer pour le soir.

Qu’en est-il de l’adoption simultané de deux chiots ? Sachez que ce n’est pas une solution non plus, et que l’adoption de deux chiots d’une même porté est vraiment déconseillée, car les petits risquent de développer des problèmes de comportement assez graves (« littermate syndrome » en anglais, « syndrome de chiots de la même porté »). Nous verrons cela dans un prochain article.

Si vous rencontrez des difficultés pour apprendre à votre chien à rester calme quand il est seul, n’hésitez pas à me contacter !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s